L’Homme qui marchait avec moi de Claude Margat est un récit initiatique où l’amitié se noue à travers la marche, le rythme du corps et la beauté de la nature au cœur des marais poitevins. Livre de méditation et de lenteur qui interroge le sens de la vie, la folie de l’amour et les contradictions qui nous déchirent.

L’Homme qui marchait avec moi de Claude Margat est un récit initiatique où l’amitié se noue à travers la marche, le rythme du corps et la beauté de la nature au cœur des marais poitevins. Livre de méditation et de lenteur qui interroge le sens de la vie, la folie de l’amour et les contradictions qui nous déchirent.

pin 1
Régine Deforges revisite un fait divers historique qui fit grand bruit : Aimée Millot, la bergère d’Ivry, assassinée à dix-neuf ans, le 25 mai 1827, par un amoureux éconduit. Cet évènement a inspiré Victor Hugo pour son roman Le Dernier jour d'un condamné.

Régine Deforges revisite un fait divers historique qui fit grand bruit : Aimée Millot, la bergère d’Ivry, assassinée à dix-neuf ans, le 25 mai 1827, par un amoureux éconduit. Cet évènement a inspiré Victor Hugo pour son roman Le Dernier jour d'un condamné.

pin 1
heart 2
La Maison de Marie Belland de Denis Langlois

La Maison de Marie Belland de Denis Langlois

Pelé, Kopa, Banks et les autres... Les dieux de mon enfance de Jean-Pierre Naugrette retrace l'histoire des parties mémorables de la Coupe du monde de 1958, en Suède, jusqu’à celle de 2014 qui se prépare au Brésil.

Pelé, Kopa, Banks et les autres... Les dieux de mon enfance de Jean-Pierre Naugrette retrace l'histoire des parties mémorables de la Coupe du monde de 1958, en Suède, jusqu’à celle de 2014 qui se prépare au Brésil.

C’est l’histoire d’une maison hantée, en plein cœur de Marseille. C’est l’histoire d’une mémoire en ruine. C’est l’histoire de l’un qui reconstruit une maison tandis que l’autre s’engouffre dans les brèches et déconstruit le présent. C'est l'histoire d'une belle histoire !

C’est l’histoire d’une maison hantée, en plein cœur de Marseille. C’est l’histoire d’une mémoire en ruine. C’est l’histoire de l’un qui reconstruit une maison tandis que l’autre s’engouffre dans les brèches et déconstruit le présent. C'est l'histoire d'une belle histoire !

À travers le Bouclier d'Alexandre, Agnès Verlet ressuscite un passé, déchiffre l’histoire...un livre magnifique.

À travers le Bouclier d'Alexandre, Agnès Verlet ressuscite un passé, déchiffre l’histoire...un livre magnifique.

"Sur l’appareil qu’on m’a offert, je peux stocker plus de 1000 chansons. Mon nouveau téléviseur me promet 500 chaînes. Je suis arrêté dans un embouteillage depuis plus d’une heure, il y a trop de voitures. J’ai voulu acheter les sonates pour piano de Mozart, il y a 50 interprétations. Comment choisir ?  Mon prochain livre, je vais l’appeler TROP !"

"Sur l’appareil qu’on m’a offert, je peux stocker plus de 1000 chansons. Mon nouveau téléviseur me promet 500 chaînes. Je suis arrêté dans un embouteillage depuis plus d’une heure, il y a trop de voitures. J’ai voulu acheter les sonates pour piano de Mozart, il y a 50 interprétations. Comment choisir ? Mon prochain livre, je vais l’appeler TROP !"

Qu’il démonte les mécanismes sociaux, stigmatise les menées des groupes financiers et les agissements des multinationales, fustige la destruction de la nature et la dégradation d’un certain art contemporain, ce livre âpre et corrosif, où la violence le dispute à l’humour, est un cri de révolte qui s’élève contre toutes les formes de coercition et d’avilissement.

Qu’il démonte les mécanismes sociaux, stigmatise les menées des groupes financiers et les agissements des multinationales, fustige la destruction de la nature et la dégradation d’un certain art contemporain, ce livre âpre et corrosif, où la violence le dispute à l’humour, est un cri de révolte qui s’élève contre toutes les formes de coercition et d’avilissement.

Dans une langue précise, avec un regard aigu, parfois acide, Caroline Renédebon dresse un portrait de la France à travers celui d'une famille à la fois extravagante et typique. La fin inattendue ajoute à la saveur de cette brillante entrée en littérature.

Dans une langue précise, avec un regard aigu, parfois acide, Caroline Renédebon dresse un portrait de la France à travers celui d'une famille à la fois extravagante et typique. La fin inattendue ajoute à la saveur de cette brillante entrée en littérature.

La guerre 14-18, en Belgique. Dans cette suite de nouvelles, Marianne Sluszny donne une voix à ces anonymes, dont la vie a basculé dès le début des hostilités.

La guerre 14-18, en Belgique. Dans cette suite de nouvelles, Marianne Sluszny donne une voix à ces anonymes, dont la vie a basculé dès le début des hostilités.

Pinterest • The world’s catalog of ideas
Search