Trésors et secrets de Place-Royale

Ce tableau présente certains des plus importants biens archéologiques de la collection archéologique de référence de Place-Royale, à Québec. Cette collection, riche de près de 14 000 objets restaurés et documentés, sert de référence pour l’étude de nombreux sites en Amérique du Nord et en Europe. Le tableau montre des objets de différentes époques, de l’occupation amérindienne jusqu’à la fin du XIXe siècle. Pour en savoir plus sur la collection : http://ow.ly/o66Zf
40 Pins
417 Followers

Ce plat de céramique porte un décor inspiré de l'oeuvre du graveur et dessinateur français Jacques Callot (1592-1635), dont les estampes sont très appréciées au XVIIIe siècle. Ce style dit « à grotesques », se retrouve sur les faïences produites à Moustiers entre 1750 et 1770, période marquée par le potier Joseph Olerys. Il a été découvert sur le site de la maison Guillaume-Estèbe. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Saved from
patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Cette bouteille à boisson alcoolisée, de type pot-de-fleurs en verre commun bleu-vert, était-elle destinée au service à table ou s'agit-il d'une simple variante de ce modèle ? Assez rare, elle tient de la bouteille par sa forme et du flacon par son matériau. Elle a été découverte sur le site de la maison Le Picart, dans un contexte archéologique du XVIIIe siècle. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Bouteille à boisson alcoolisée - Répertoire du patrimoine culturel du Québec

patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Ce vase amérindien est fabriqué entre 400 av. J.-C et 1000. Il est décoré de plusieurs champs de lignes parallèles imprimées dans l'argile à l'aide d'un outil en forme de peigne. En fonction de la partie reconstituée, les archéologues peuvent dire que le corps de l'objet était plutôt droit et la base, plus ou moins conique. Il a été découvert sur le site patrimonial de l'Habitation-Samuel-De Champlain. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Vase - Répertoire du patrimoine culturel du Québec

patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Ce jeton est frappé entre 1475 et 1700 à Nuremberg, en Allemagne. Il s’agit d’un jeton de compte dit « à la nef » qui servait à faire des opérations d’arithmétique sur une table à compter. Il a été découvert sur le site de la maison Chinique. Photo : Catherine Caron 2011 © Ministère de la Culture et des Communications

Saved from
patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Cette bouteille à encre ou à pigments est fabriquée entre 1788 et 1839 à Londres. Une inscription sur la bouteille fait référence à John Scott (1752-1838), préparateur de couleurs et marchand de matériel d’artistes londoniens. Faite de céramique, sa paroi supérieure extérieure est recouverte d’un enduit ferrugineux brun. Elle a été découverte sur le site de la maison Soulard. Photo : Joanie April-Gauthier 2011 © Ministère de la Culture et des Communications

Bouteille à encre ou à pigment - Répertoire du patrimoine culturel du Québec

patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Ce plateau de balance est fabriqué entre 1872 et 1910 par la firme Burrow, Stewart & Mile Co. à Hamilton en Ontario. Fait de céramique, il est de forme carrée aux coins arrondis et agrémenté d’un décor imprimé imitant les nervures du marbre. Il a été découvert sur le site de la maison Jean-Renaud. Photo : Catherine Caron 2011 © Ministère de la Culture et des Communications

Saved from
patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Ces perles en coquillage sont enterrées dans deux fosses communes iroquoiennes entre les années 1000 et 1300 en guise d’offrande funéraire. Elles ont été mises au jour lors des fouilles archéologiques de la Place-Royale en 1977. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Perles - Répertoire du patrimoine culturel du Québec

patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Ce plat à barbe en céramique, fabriqué en France entre 1750 et 1800, présente un décor floral dans le style des faïences de Nevers. Le rebord festonné s'inspire des formes de l'orfèvrerie. Deux perforations dans le pied permettent de le fixer au mur. Il a été découvert sur le site de la maison Guillaume-Estèbe, dans un contexte archéologique du XVIIIe siècle. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Saved from
patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Cette boucle de ceinture en laiton est peut-être d’origine britannique. Même si les étagères des marchands regorgeaient de tissus variés, il ne nous est parvenu que peu de choses de l'habillement. Mis à part les chaussures et les boutons, qui sont nombreux, la collection archéologique se limite à quelques agrafes et quelques boucles, comme celle-ci. Elle a été découverte sur le site de la maison Guillaume-Estèbe. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Boucle de ceinture - Répertoire du patrimoine culturel du Québec

patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Ce pot de chambre de céramique, fabriqué entre 1830 et 1850, est orné d’un décor végétal rouge vin rehaussé de points rouges et bleus représentant des petits fruits. Le pot de chambre demeure un objet usuel, même si la plupart des maisons de Place-Royale sont dotées de latrines. Leur contenu est habituellement déversé dans ces latrines. Il a été découvert sur le site de la maison Imbert. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Pot de chambre - Répertoire du patrimoine culturel du Québec

patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Ce couvercle de céramique, fabriqué entre 1738 et 1750, allait de pair avec une boîte qui devait contenir de la poudre de farine, utilisée notamment pour l'entretien des perruques, ou encore de délicates poudres de fleurs. Il porte une inscription correspondant à la marque de l'atelier du faïencier Joseph Olerys et de son associé Jean-Baptiste Laugier. Il a été découvert sur le site de la maison Perthuis. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Couvercle de boîte à poudre - Répertoire du patrimoine culturel du Québec

patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Cette tasse à étrier en céramique en forme de tête de loup ou de renard, fabriqué entre 1763 et 1830, est inspirée de l'Antiquité. C'est un vase-piège, puisqu'il n'a pas de pied ; il faut donc en consommer tout le contenu avant de le déposer. Il a été découvert sur le site de la maison Boisseau. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Saved from
patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Cette pipe en céramique a été fabriquée en Écosse entre 1826 et 1904. L’embout de son tuyau est glaçuré afin de le rendre plus doux aux lèvres. Elle a été découverte sur le site de la Batterie Royale. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Saved from
patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Cette assiette de céramique est fabriquée au Royaume-Uni entre 1830 et 1840. Le paysage imprimé qui l’orne, intitulé « SOLAR RAYS », rappelle le pays du soleil levant, bien que certains éléments semblent occidentaux. Elle a été découverte sur le site de la maison Pagé-Quercy. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Assiette - Répertoire du patrimoine culturel du Québec

patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Ce verre à pied, fabriqué entre 1750 et 1780 et décoré d'un motif gravé, appartient à un type connu en anglais sous le nom de « firing glass ». On l'associe aux fêtes bruyantes des militaires. Sa robustesse permet de frapper le pied sur la table ; à plusieurs, on peut imiter le bruit d'une salve. Il a été découvert sur le site de la maison Guillaume-Estèbe. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Saved from
patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Au XVIIIe siècle, il est d'usage de transvaser les restes de thé dans une piscine ou vide-tasse avant de se resservir. Ce petit bol en grès, fabriqué entre 1745 et 1760, a pu être utilisé à cette fin; son décor floral, incisé et coloré au bleu de cobalt, rappelle d'ailleurs certaines porcelaines de Chine. Il a été découvert sur le site de la maison Guillaume-Estèbe. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Saved from
patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Cette tasse en céramique à deux anses de type « Staffordshire slipware » est dite « à posset ». Le posset, très prisé par les Britanniques, est fait de lait chaud mélangé à de la bière, du vin ou un autre alcool, auquel on ajoute du sucre et des épices. On le prend comme boisson et comme remontant. Elle a été découverte sur le site de la maison Guillaume-Estèbe, dans un contexte archéologique du XVIIIe siècle. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Tasse à posset - Répertoire du patrimoine culturel du Québec

patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Cette théière en céramique, produite dans le Staffordshire en Angleterre entre 1780 et 1840, est décorée de motifs moulés et recouverte d'une glaçure noire lustrée. Elle comporte une innovation du XIXe siècle : de petits trous percés à la base du bec verseur, à l'intérieur, empêchent les feuilles de thé de couler dans la tasse. Elle a été découverte sur le site de la tranchée Saint-Jacques. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Théière - Répertoire du patrimoine culturel du Québec

patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Ce pichet, fabriqué après 1777, est ornementé de trois petits personnages ailés. Le « jasper ware » se distingue par ses couleurs variées qui contrastent avec un décor pastillé blanc, le plus souvent inspiré de l'Antiquité. Généralement, c'est le corps céramique qui est coloré, mais certaines pièces, comme ce pichet, ne sont que recouvertes d'un engobe de couleur. Il a été découvert sur le site de la maison Charest. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communicati...

Pichet - Répertoire du patrimoine culturel du Québec

patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Ce plateau de céramique a été fabriqué à Rouen entre 1675 et 1730. En Nouvelle-France, les desserts sont constitués surtout de confiseries, de fruits, de noix et de fromage ; les pâtisseries sont considérées comme des mets de fêtes. Ce plateau a pu servir à la présentation des tourtes sucrées et des gâteaux. Il a été découvert sur le site de la maison Perthuis. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Plateau - Répertoire du patrimoine culturel du Québec

patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Ce chaudron en cuivre de production européenne fait partie d’un ensemble de neuf chaudrons emboîtés l'un dans l'autre. Comme il semble n'avoir jamais servi, il s'agit probablement de marchandise destinée à la vente ou encore à la traite des fourrures. Il a été découvert sur le site de la maison Milot, dans un contexte archéologique du XVIIe siècle. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Saved from
patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Cette bouteille à boisson alcoolisée en verre est produite en Angleterre entre 1690 et 1725. Grands exportateurs de vins, les Français achètent des bouteilles en Angleterre et en Hollande. Les bouteilles « oignons », comme celle-ci, sont offertes dans les magasins de Place-Royale. Plus compactes que les bouteilles à long col, elles résistent mieux au transport. Elle a été découverte sur le site de la maison Perthuis. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communicat...

Bouteille à boisson alcoolisée - Répertoire du patrimoine culturel du Québec

patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Cette jarre de céramique a pu contenir du vin ou de l'huile d'olive. L'huile d'olive, en grande demande dès le début du Régime français, sert en cuisine, pour les fritures et les salades, et en médecine, pour la préparation des onguents. La jarre est de provenance méditerranéenne, probablement ibérique, et a été découverte sur le site de la maison Pagé-Quercy, dans un contexte archéologique du XIXe siècle. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Saved from
patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

De facture sobre et sans dorure, cette épée de fabrication française aurait appartenu à quelque gentilhomme du pays. Elle possède une poignée en laiton coulé ornée d’un décor godronné. Sa lame est en fer forgé de section triangulaire à fond creux. Elle a été découverte sur le site de la maison Guillaume-Estèbe, dans un contexte archéologique du XVIIIe siècle. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Épée - Répertoire du patrimoine culturel du Québec

patrimoine-culturel.gouv.qc.ca

Cette bouteille à médicament en verre, fabriquée entre 1875 et 1900, serait-elle d'origine québécoise ? Aucun indice ne permet de l'affirmer ; cependant, des découvertes faites sur le site des manufactures de verre d'Hudson, qui ont été en activité entre 1845 et 1875 environ, laissent croire qu'elles auraient fabriqué de tels contenants. Elle a été découverte sur le site de la maison Jean-Renaud. Photo : Marc-André Grenier 1998 © Ministère de la Culture et des Communications

Saved from
patrimoine-culturel.gouv.qc.ca